L'IN2P3

L’IN2P3 a pour mission nationale d’animer et coordonner la recherche française en physique nucléaire et en physique des particules et des astroparticules. Les développements technologiques associés aux recherches menées au sein de l’institut débouchent sur des innovations majeures en instrumentation et sur des applications dans le domaine médical, en matière d’énergie et d’environnement. Les moyens de calcul nécessaires pour le traitement de grands volumes de données ont permis de développer des compétences singulières autour du Big Data et des clouds scientifiques .

Sonder les infinis

Avec leurs homologues du monde entier, les chercheurs de l’IN2P3 explorent les interactions fondamentales entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Leurs recherches permettent de comprendre l’histoire et les mécanismes de formation de la matière pour remonter jusqu’aux origines de l’Univers.

Afin d’optimiser ses ressources et ses compétences, l’IN2P3 s’est structuré en un nombre limité de laboratoires, d’infrastructures et de plateformes technologiques. En France, il travaille en étroite collaboration avec les universités au sein d’unités mixtes de recherche (UMR) et en partenariat avec divers organismes publics et privés, en particulier le CEA, le Cnes et l’Inserm. Tournées vers les grandes infrastructures de recherche (IR/TGIR) nationales et internationales, ses collaborations incluent également les organismes, instituts et universités à l’étranger.

  • 1 000 chercheurs et enseignants-chercheurs (dont 600 CNRS)

  • 1 500 ingénieurs et techniciens (dont 1 300 CNRS)

  • 500 doctorants et post-doctorants

  • 25 structures de recherche

  • 30 programmes de recherche

  • 10 IR/ TGIR et 15 plateformes interdisciplinaires

Les recherches menées par l’IN2P3 portent à la fois sur la physique de l’infiniment grand – astroparticules, cosmologie – et sur la physique de l’infiniment petit – physique nucléaire, physique des particules. L’institut couvre les principaux champs de recherche actuels dans ces domaines.

L’IN2P3 tente de répondre à trois grandes questions : Quels sont les constituants fondamentaux du monde subatomique ? Comment se structure la matière nucléaire ? De quoi est fait l’Univers et quelles sont son histoire et son évolution depuis le Big Bang ?

Les compétences scientifiques et techniques de l’IN2P3 sont également développées aux interfaces des disciplines portées par d’autres instituts du CNRS : l’astrophysique, les sciences chimiques, la physique des matériaux et des lasers, les sciences de la vie, les sciences de l’environnement, les sciences de l’ingénierie et les sciences de l’information.

L’IN2P3 valorise ses savoir-faire et ses travaux de recherche auprès du tissu économique et social en étant co-concepteur d’instruments et de services techniques dans les domaines de la santé (l’imagerie médicale notamment), de l’énergie et de l’environnement. Les spécialités que l’IN2P3 valorise auprès des industriels concernent principalement le développement de composants d’accélérateurs, de capteurs et d’électronique. Son expertise dans le traitement des grandes masses de données lui permet de tisser des liens avec les principaux acteurs du domaine. L’IN2P3 a également développé des compétences reconnues autour des questions d’énergie nucléaire et de gestion des déchets radioactifs.

Les recherches conduites par l’IN2P3 nécessitent la mise en œuvre de très grands instruments de recherche : accélérateurs et détecteurs de particules, instruments d’observation des rayons et autres messagers cosmiques de haute énergie, satellites de haute technologie pour observer l’Univers, etc. Ces installations de pointe mobilisent d’importants moyens et s’inscrivent le plus souvent dans des projets transnationaux de dimension européenne ou internationale. Pour cela, l’IN2P3 est membre de comités et instances de concertation et coordination européens ou internationaux (ECFA, FALC, NuPPEC, APPEC, APIF, EGI, EU-T0).

Dresser un pont entre le public, notamment jeune, et ses laboratoires est une volonté forte de l’IN2P3. Dans ce souci de partage et de diffusion, les chercheurs et ingénieurs de l’institut contribuent, via des actions de médiation, à faire découvrir à un large public les grandes thématiques et les métiers qui feront la physique de demain. L’institut s’implique également dans la formation des futurs chercheurs et ingénieurs.

Les instances réglementaires de l’IN2P3

Comme les autres instituts du CNRS, l’IN2P3 est pourvu d’instances réglementaires qui l’accompagnent dans son action. Le conseil scientifique évalue pour la direction de l’institut les enjeux et la pertinence des projets au sein de ses programmes de recherche. Le comité des directeurs d’unités participe au pilotage de l’institut. Enfin, le conseil d’orientation est consulté sur son positionnement scientifique, la mise en place et le suivi des partenariats et sur l’allocation prévisionnelle des ressources.

Actions internationales

En Europe et au-delà, l’IN2P3 a initié de nombreuses collaborations scientifiques pour promouvoir l’excellence de ses laboratoires et de ses chercheurs. En participant aux grandes infrastructures de recherche et en s’impliquant dans la structuration des domaines scientifiques à l’échelle de l’Europe, l’IN2P3 souhaite conserver son rang mondial d’acteur incontournable de la recherche en physique nucléaire et en physique des particules et des astroparticules.

L’IN2P3 a de nombreuses collaborations « historiques » bilatérales ou multilatérales avec ses partenaires de toute l’Europe, avec qui il s’implique pour définir des stratégies communes de recherche de financements et initier des programmes répondant à ses  besoins et à ses activités.

L’IN2P3 participe aux appels à projets Horizon 2020 et entretient un réseau de correspondants Europe dans tous ses laboratoires. Financés par la Commission européenne, ces projets collaboratifs européens sont pilotés en lien avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri).

La stratégie de collaborations internationales de l’IN2P3 s’est étendue à d’autres continents, en particulier à l’Amérique du Sud et à l’Asie. Elle vise trois objectifs : développer l’excellence, déployer de grandes infrastructures, encourager la mobilité des chercheurs. Ces collaborations bénéficient d’un cadre structurant, avec :  

  • 15 laboratoires internationaux associés (LIA)

  • 10 infrastructures de recherche (IR)

  • 25 projets internationaux de coopération scientifique (Pics)

Du fait de leur nature, les recherches menées à l’IN2P3 nécessitent souvent des grandes infrastructures, qui offrent un accès transnational aux chercheurs. Ces infrastructures sont le fruit de réflexions menées par les scientifiques et discutées à l’échelle européenne, mais également internationale. La participation de l’institut aux comités qui établissent les feuilles de route et qui mènent les réflexions stratégiques est très importante pour contribuer à la conception des infrastructures de demain.

Plus de 80 nationalités sont présentes au sein des laboratoires de l’institut, avec environ 30 % de personnels étrangers. Cette mixité exceptionnelle reflète les liens tissés au fil des ans avec les pays leaders dans les domaines de la physique nucléaire et de la physique des particules et des astroparticules, mais aussi les efforts d’ouverture envers des pays émergents.

Des infrastructures de recherche transnationales

L’IN2P3 participe à 10 infrastructures de recherche (IR) et très grandes infrastructures de recherche (TGIR) gérées en collaboration avec des partenaires français, européens et internationaux. Ces infrastructures hébergent des équipements ultra-performants dans un environnement scientifique international de très haut niveau.

Ganil, l’accélérateur le plus puissant au monde

Le Grand accélérateur national d’ions lourds ou (Ganil) est aujourd’hui l’un des grands laboratoires internationaux pour la recherche avec des faisceaux d’ions. Ses installations couplant accélérateurs et détecteurs de hautes performances, permettent aux chercheurs du monde entier de mener des expériences uniques. Le projet Spiral2 devrait augmenter encore ses capacités d’expérimentation.

LSST, le télescope du futur

Le Large Synoptic Survey Telescope (LSST), est un télescope de nouvelle génération qui sera doté de la plus puissante caméra numérique jamais construite. Ce télescope pourra détecter et cataloguer des milliards d'objets dans l'Univers, les observer dans le temps et livrer ces informations – soit plus de 30 téraoctets chaque nuit – aux astrophysiciens du monde entier.

HL-LHC, l’avenir du LHC

Le projet High Luminosity - Large Hadron Collider ou HL-LHC a pour but d’accroître la luminosité du LHC d’un facteur 10 par rapport à sa valeur nominale après 2025. Comparé au LHC actuel, le LHC haute luminosité fournira des mesures plus précises des particules fondamentales et permettra d’observer les rares processus qui ont lieu au-dessous du niveau de sensibilité actuel.

Organigramme

Direction

Directeur (1)

Assistante du directeur de l'IN2P3

Directeur adjoint (1)

Assistante de direction

Sûreté nucléaire et radioprotection

Sécurité Informatique

Direction adjointe scientifique

Particules et hadronique (1)

Assistante de direction

Astroparticules et cosmologie (1)

Assistante de direction

Nucléaire et applications (1)

Assistante de direction

Accélérateurs et technologies (1)

Assistante de direction

Calcul et données (1)

Assistante de direction

Interdisciplinaire (1)

Assistante de direction

Laboratoires et sites (1)

Assistante de direction

Direction adjointe administrative

Directrice adjointe administrative (1)

Assistante de direction

Adjoint DAA

Emploi, ressources humaines, structures et instances (2)

Emploi IT, Chercheurs et suivi des unités

Chargée de formation

Budget et Finances (2)

Gestion financière, formation

Allocation et suivi des ressources, gestion financière

Partenariats, Europe et coopération internationale (3)

Suivi partenarial

Affaires européennes

Suivi juridique

Système d'Information Projets (1)

Statistiques, Administration SI

Communication et Médiation Scientifique (5)

Chargée de communication Astroparticules & Cosmologie

Chargé de communication Physique nucléaire

Chargée de communication physique des particules et nouveaux médias

Chargé de mission médiation et éducation scientifique

Secrétariat de la cellule communication

Direction adjointe technique

Directeur adjoint technique (1)

Assistante de direction

Chargé de mission Valorisation

Chargé de mission Management de projet et qualité

Chargé de mission CAO électronique

Chargés de mission

Parité et rayonnement scientifique

Théorie et phénoménologie

Information scientifique et technique

Formation permanente