30 ans du Web : le CNRS à l’origine du premier site Internet français

Autres Calculs et données

Il y a 30 ans, au CERN1, naissaient les bases du Web, une technologie de partage d’informations permettant de naviguer de contenu en contenu. En France, ce sont Wojciech Wojcik et Daniel Charnay, ingénieurs du CNRS travaillant au Centre de calcul de l’IN2P3 (CC-IN2P3) du CNRS, à Lyon, qui montèrent le premier serveur, et donc la première page web. Le 12 mars prochain, la presse est invitée à rencontrer ces pionniers du Web au CC-IN2P3, où sera aussi retransmis l’événement organisé par le CERN (en anglais).

  • 1. Le CERN est l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire

Internet est né dans les années 1960 dans les laboratoires de l’armée américaine, mais c’est l’invention du Web par la communauté des physiciens des particules qui popularise son utilisation. En mars 1989, à Genève, le Britannique Tim Berners-Lee, alors informaticien au CERN, pose les premières bases du Web, un concept qualifié par son supérieur de « vague mais prometteur ». Son objectif : proposer une technologie permettant le partage aisé d'une même information entre des physiciens travaillant dans des universités et instituts situés aux quatre coins du monde. Avant cette invention, il était possible d’envoyer des fichiers et de correspondre par courrier électronique, mais pas d’avoir un exemplaire unique de référence stocké à un endroit donné et consultable par tous.

Le World Wide Web naît véritablement en 1991, lorsque le premier site devient consultable hors du CERN. Le CNRS étant un partenaire historique du CERN, les ingénieurs du Centre de calcul de l’IN2P3 (CC-IN2P3, CNRS)2 travaillent déjà régulièrement avec Tim Berners-Lee et son équipe, en particulier sur le traitement des données des grandes expériences de physique des particules.

En septembre 1992, Tim Berners-Lee présente pour la première fois son invention lors d’une conférence scientifique conjointement organisée par le CERN et le CNRS à Annecy. A la suite de cette conférence, Wojciech Wojcik, ingénieur en développement et assistance aux utilisateurs, revient au CC-IN2P3 avec la technologie en poche et installe le serveur info.in2p3.fr (sur le modèle de celui du CERN, info.cern.ch) sur une station NeXTcube3, le même ordinateur que celui utilisé par Berners-Lee. Le premier serveur Web français est né. 

Il crée ensuite, avec Daniel Charnay, ingénieur réseaux, la première page Web du premier site Internet français, le cinquième mondial. Elle contient alors quelques informations sommaires sur le CC-IN2P3, une photo du bâtiment et les liens vers les premiers autres sites Web dans le monde4.

Pensé comme un outil ouvert, qui répondait parfaitement aux besoins de la communauté des physiciens et soumis à aucune licence, le Web a largement contribué à la diffusion d’Internet auprès du grand public et connu l’essor fulgurant que l’on sait.

Pour en savoir plus : consulter le site spécial du CERN, https://web30.web.cern.ch/

  • 2. Situé à Lyon, sur le campus de la Doua, le CC-IN2P3 est un centre de calcul du CNRS dédié au traitement des données informatiques des grandes expériences de physique.
  • 3. Cet ordinateur est actuellement exposé au musée informatique du CC-IN2P3.
  • 4. Ceux du CERN, du DESY et du SLAC, des centres de recherche en physique des particules.