Conférence Virgo au Palais de la découverte
Conférence sur Virgo et les ondes gravitationnelles, donnée sur le stand « 1 Chercheur 1 Manip » au Palais de la Découverte Photo IN2P3

Médiation scientifique : 3 expériences à toutes les échelles

Médiation scientifique

Il y a l’imposant projet de centre de médiation scientifique du CERN, le stand au Palais de la Découverte animé par les scientifiques des ondes gravitationnelles, ou encore la Masterclass de physique des particules menée en réalité virtuelle. 3 projets, 3 échelles, mais tous avec un même but : partager la science avec le grand public. Suivez le guide.

Virgo invité au Palais de la Découverte

Ils sont au nombre de vingt, chercheurs et chercheuses permanents, post docs, étudiants et étudiantes en thèse, à se relayer depuis le 2 avril au Palais de la Découverte à Paris pour présenter au grand public le détecteur d’ondes gravitationnelles VIRGO. Impossible de les manquer, ils sont hébergés au fond à droite du grand hall d’entrée dans l’espace « 1 Chercheur-e 1 Manip ». Un espace dont la vocation est de montrer « la science en train de se faire ». Du coup, pas question pour les scientifiques de venir les mains vide. Dans leurs cartons ils ont rapporté deux interféromètres de Michelson alimentés par des lasers rouges. Ces derniers illustrent le principe de la détection des ondes gravitationnelles, et notamment comment le déplacement d’un miroir se traduit au niveau du signal mesuré en sortie de l’instrument. Afin d’expliquer le principe des « super-atténuateurs » de Virgo, ces suspensions d’environ sept mètres de haut qui isolent les miroirs des mouvements sismiques du sol, les conférenciers se sont armés d’un pendule secoué en permanence, mais dont la partie en suspension reste en revanche immobile. A cet arsenal s’ajoute un miroir de première génération de Virgo, prêté par le Laboratoire des Matériaux Avancés de Lyon-Villeurbanne, des posters et des animations. Les conférences et démonstrations ont lieu les mercredi, samedi et dimanche jusqu’au 2 juin.

Image retirée.

En savoir plus

Planning prévisionnel du Palais de la Découverte

Ressources

Laboratoires participants : APC / ARTEMIS / [EGO] / LAL / LAPP / LKB / LMA / IPNL

Contacts : Nicolas Arnaud (LAL & EGO) et Pierre-François Cohadon (LKB)

Plongée virtuelle au cœur du LHC

C’est ce qu’on appelle la cerise sur le gâteau. En participant à la journée de Masterclasses de physique des particules au laboratoire Leprince-Ringuet (LLR) à l’Ecole Polytechnique, les élèves du Lycée Jean-Jacques Rousseau de Montmorency ont eu droit à un joli bonus. En plus des traditionnelles activités de découverte de la physique des particules et d’analyse de données de collisions partagées en visioconférence ce jour là avec des lycéens d’Italie, de Grèce ou encore d’Arménie, les franciliens ont eu la chance de se poster au pied du détecteur CMS en réalité virtuelle. Par groupes de 7, équipés de casques spéciaux, ils se sont esclaffés devant le gigantisme de ce détecteur de 15m de diamètre. Ont découvert sa structure en assistant à son montage élément par élément. Un spectacle qui s’est ensuite poursuivi avec la découverte en immersion dans des images 360° des autres expériences du LHC au CERN et de super Kamiokande au Japon. Les élèves peuvent remercier Raphaël Granier de Cassagnac, chercheur au LLR qui est à l’origine de ce projet éducatif financé dans le cadre d’un appel à projet de la BPI (Banque publique d’investissement), et qui vise à développer des outils éducatifs utilisant la réalité virtuelle. Le chercheur ambitionne de créer de véritables salles de classe virtuelles où chacun se retrouverait sous la forme d’un avatar, et que le professeur pourrait contextualiser à sa guise. Faire cours au pied de CMS, à proximité d’une étoile, ou aux côté d’un T-Rex, voilà qui pourrait motiver plus d’un élève et changerait sans doute la face de l’enseignement.

Image retirée.

En savoir plus

A lire, une interview de Raphaël Granier de Cassagnac sur le site du magazine Pour la Science.

Tout sur les Masterclasses de physique des particules sur le site de l’IPPOG

Lien vers le Laboratoire Leprince Ringuet (LLR)

Le CERN annonce le lancement du portail de la science

Le 8 avril dernier, le CERN a dévoilé les plans de son futur centre d’éducation et de communication scientifique, baptisé « Science Gateway » ou « Portail de la Science » en français. Renzo Piano, architecte à l’origine du centre Pompidou à Paris, et chargé du projet, le présentait en ces termes : « Ce sera un lieu où les gens vont se rencontrer. Les enfants, les élèves, les adultes, les enseignants et les scientifiques ; toutes les personnes intéressées par l’exploration de l'Univers, de l'infiniment grand à l'infiniment petit. Ce sera une passerelle, au sens propre comme au sens figuré, et un bâtiment alimenté par l'énergie du soleil, niché au cœur d'une forêt nouvelle. » Concrètement, le Portail de la science ce sera : des zones d'exposition, des laboratoires accessibles aux enfants pour participer à des expériences scientifiques, et un grand amphithéâtre. Il aura pour vocation de dévoiler les secrets de la nature, de l'infiniment petit (les particules élémentaires) à l'infiniment grand (la structure et l'évolution de l'Univers). Mais aussi de montrer et d’expliquer comment sont utilisés les outils du CERN. En toile de fond l’intention sera de donner au public une idée concrète du travail scientifique, d’encourager à la réflexion critique, à l'évaluation à partir de faits, et au recours à la démarche scientifique. Vaste chantier qui devrait démarrer en 2020 et durer 2 ans.

Image retirée.